Mathsmelisso
LA REUSSITE AU CARRE DEPUIS 1996
Ressources Pédagogiques
Ressources Documentaires
Espace Enseignants
Accueil du site > A jeter > Guide des métiers > Paramédical > Découvrir cette filière

Découvrir cette filière

Paramédical

Dans un contexte de marché de l’emploi morose, le secteur paramédical, qui emploie près d’un million de personnes, fait figure d’exception : les perspectives d’embauche sont excellentes. Certaines professions manquent même cruellement de personnel.

LE SECTEUR

Une pénurie qui dure

S’il y a un secteur qui ne connaît pas le chômage, c’est bien le paramédical ! Depuis plusieurs années, la France manque de personnel. Alors que le vieillissement de la population accroît les besoins, il va falloir faire face dans les prochaines années à de nombreux départs en retraite. Ce déficit de professionnels touche en premier lieu l’hôpital, où 20.000 postes d’infirmiers seraient vacants.

Les maisons de retraite, les crèches ou les instituts médico-éducatifs ne sont pas épargnés, mais avec des disparités départementales importantes. Les mauvaises conditions d’exercice dans le secteur (charge de travail élevée, salaires relativement faibles, horaires contraignants, stress) n’arrangent rien : après quelques années d’exercice, nombre de professionnels choisissent tout simplement d’aller voir ailleurs. Dans un contexte de réduction des dépenses de santé, la situation ne devrait pas s’améliorer dans un avenir proche.

LES METIERS

Vers plus de responsabilités

Infirmiers et aides-soignants constituent le gros des troupes. D’ici à 2015, ces deux métiers vont fortement recruter. Mais il existe aussi une trentaine d’autres métiers tournés vers les soins (assistant dentaire, etc.), la rééducation (masseur-kinésithérapeute, ergothérapeute, etc.), l’appareillage (audioprothésiste, prothésiste dentaire, etc.) ou l’assistance technique (manipulateur en électroradiologie, etc.).

Avec la baisse de la démographie médicale (voir Médecine) et pour des raisons budgétaires, les missions des paramédicaux devraient être étendues à quelques actes qui étaient jusqu’alors réservés uniquement aux "médicaux" : suivi des patients en consultation, prescriptions, etc.

LES FORMATIONS

Des cursus courts mais exigeants

Si la situation de plein emploi peut attirer certains candidats, n’oubliez pas que le secteur est exigeant et nécessite le passage par des formations accessibles pour la plupart sur concours ou dossier.

À l’exception des professions d’aide-soignant, d’ambulancier et d’auxiliaire de puériculture, toutes les formations exigent le bac. Il faut compter de un an (pour les aides-soignants et les auxiliaires de puériculture) à 4 ans d’études (pour les orthophonistes et les puéricultrices).

Mais la plupart des cursus durent 2 ans (BTS opticien-lunetier, BTS diététique, etc.) ou 3 ans (audioprothésiste, infirmier, masseur-kinésithérapeute, pédicure-podologue…) après le bac. À noter que de nombreuses écoles de kinésithérapie recrutent à l’issue d’une première année de médecine. (source : « l’étudiant.fr »)

Pour toutes les matières, une pédagogie adaptée


MATHS MELISSO COURS PARTICULIERS est agréé CESU

sous le numéro

N/141209/F/075/S/131


HAECB1511278615