Mathsmelisso
LA REUSSITE AU CARRE DEPUIS 1996
Ressources Pédagogiques
Ressources Documentaires
Espace Enseignants

Découvrir cette filière

Bâtiment, travaux publics

Locomotive de l’économie française avec près de 1.400.000 salariés, l’activité du BTP se contracte. Malgré tout, les recruteurs peinent toujours à trouver du personnel pour occuper certains postes, très spécialisés ou moins qualifiés.

LE SECTEUR

Après l’euphorie, la gueule de bois Après avoir pulvérisé tous les records d’activité au début des années 2000, la croissance du BTP (bâtiment, travaux publics) se stabilise. Dans le bâtiment, la mise en chantier de logements neufs aura connu un recul de 9 % en 2009 par rapport à 2008. Les travaux publics doivent également faire face à une baisse d’activité. Les carnets de commandes sont moins remplis que l’année précédente (- 4,7 %), mais les professionnels restent confiants. À moyen terme, les perspectives d’activité seraient en effet favorables : d’ici à 2020, une soixantaine de grands projets routiers, ferroviaires et fluviaux devraient voir le jour en France. Les artisans du bâtiment, quant à eux, accusent le coup. Leur baisse d’activité devrait durer encore quelque temps : le nombre de permis de construire et de crédits à l’habitat continuent de chuter. Malgré ce constat général plutôt mitigé, le BTP embauche toujours pour compenser les départs en retrai¬te et la mobilité de ses salariés.

LES METIERS

Encore besoin de bras !

En 2007, 292.000 personnes ont été embauchées dans une entreprise du BTP. Malgré tout, ce chiffre reste inférieur aux besoins. Les difficultés à recruter concernent les ouvriers (notamment les électriciens et les plombiers), qui représentent les deux tiers des emplois du secteur. Pour un niveau de qualification supérieur, la demande des entreprises porte sur les postes en bureau d’études, en maintenance et sur les profils commerciaux. L’évolution des normes de sécurité entraîne également une forte demande du côté des services qualité, sécurité et environnement. Le manque de cadres expérimentés profite aux jeunes diplômés, qui intègrent facilement ce secteur.

LES FORMATIONS

Les cursus courts comme porte d’entrée

Plusieurs CAP (certificats d’aptitude professionnelle) préparent aux métiers du BTP, de la maçonnerie à l’électricité. En deux ans après la classe de troisième, ils permettent de poursuivre vers un bac professionnel lié à une spécialité : construction bâtiment gros œuvre, ouvrages du bâtiment, etc. À bac + 2, les titulaires du BTS (brevet de technicien supérieur) bâtiment, du BTS travaux publics et du DUT (diplôme universitaire de technologie) génie civil sont très convoités. Ces techniciens accèdent facilement à des fonctions d’encadrement. Enfin, il existe de nombreuses formations universitaires professionnalisées en lien avec ce secteur : licences et masters professionnels. Naturellement, les diplômés ingénieurs généralistes ou spécialisés, par exemple de l’ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie) à Paris, sont toujours très recherchés par les entreprises.

À lire > "Les Métiers du bâtiment et des travaux publics", éditions l’Etudiant. Sur le Net > Le site de la Fédération française du bâtiment, le site de la Fédération nationale des travaux publics, et celui de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment détaillent tous les métiers et toutes les formations du BTP. L’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications du BTP donne, lui, un panorama complet du secteur. Enfin, les CAP du BTP, un site institutionnel, se consacre aux formations en CAP. (source : « l’étudiant »)

Pour toutes les matières, une pédagogie adaptée


MATHS MELISSO COURS PARTICULIERS est agréé CESU

sous le numéro

N/141209/F/075/S/131


GIFJC1511204071